Du côté des blogs/Sites/Forums

 

Mes romans ont été chroniqués par quelques blogs, sites internet et forum. Voici la page consacrée à ces articles.

PASSION ET CONSEQUENCES

01

Blog les 4 Mousquetaires : http://les4mousquetairesdelabibliothequ.weebly.com/
 
Ce livre est additif. Je l'avais à peine entamé que j'étais déterminée à ne plus le reposer tant que je ne l'avais pas fini.
Un gros coup de coeur.

Le caractère d'Alexandra est très affirmé et on comprend chacune de ses réticences à laisser Edouard l'approcher et connaitre son fils. Quant à ce grand Duc, il tombe peu à peu sous le charme de cette femme qui le déteste "sans raison". Je suis convaincue que si elle lui avait cédé une nouvelle fois sans résistances, il serait encore une fois parti sans regarder derrière lui.
Une bonne leçon de vie : il faut savoir se faire désirer.
Les personnages secondaires sont attachants et on a envie d'en connaitre plus sur eux. Heureusement George aura le droit à son propre roman et j'ai hâte de le lire. Ce livre parait en format numérique aux éditions Laska (Vous trouverez le lien plus bas)
Je compte sur vous pour en faire un succès afin que nous ayons la chance de l'avoir un jour en format papier.

02

Blog Songe d'une nuit d'été: http://songedunenuitdete.com/
 

L’histoire en elle-même reste assez classique : Alexandra Blackwood reçoit, un soir de grande tempête, un Duc et son ami, dans sa modeste bicoque qu’elle partage avec sa mère malade. Ce qu’elle ne sait pas c’est que le Duc : Édouard Beriley est un vil séducteur sans scrupule. Jeune, pauvre et naïve, Alexandra croira à ses mots d’amours pour s’apercevoir trop tard qu’il l’a dupé pour parvenir à ses fins.

Un an plus tard, par la force du destin et aussi grâce à certains protagonistes de cette histoire, Alexandra et Édouard seront de nouveaux réunis. Et là stupeur (sans tremblement s’il vous plait) le jeune homme semble ne garder aucun souvenir d’elle. Bien au contraire, il est ravi de sa rencontre avec cette belle et jeune femme… qu’il n’a jamais vue ! La colère d’Alexandra arrive à son apogée quand elle constate cela. Très vite les deux jeunes gens vont se confronter l’un à l’autre dans des joutes verbales aussi passionnantes qu’épiques. Alexandra n’est plus la petite fille innocente qui a été séduite par un homme au dessus de son rang. Bien au contraire, depuis sa trahison elle a nourri à son encontre une haine farouche et une rancune sans borne. Édouard quant à lui, ne comprend pas pourquoi cette jeune inconnue ne succombe pas comme toutes les autres à son charme dévastateur, mais se jure d’y parvenir le plus rapidement possible.

Autour d’Alexandra et de Édouard, gravite une kyrielle de personnages secondaires qui, sans voler la vedette aux héros, n’en restent pas moins intéressants à suivre. Je pense notamment au meilleur ami d’Édouard : Lord Georges Filsbury qui semble bien plus sage et sérieux que son compère, mais aussi à sa grand mère, une femme pleine d’idée pour voir son petit-fils enfin casé. Il y a aussi la maitresse d’Édouard : Mlle Gifton. Maitresse qu’il osera même ramener dans la demeure familiale au grand damne de tous.

Et que dire des héros ? On apprend, dans un premier temps, à détester le héros et trouver, par la même occasion, l’héroïne un peu cruche…ensuite, c’est d’un œil curieux que nous les retrouvons dans une confrontation  mémorable et pleine de mordant. On retrouve une Alexandra endurcie par la vie et sa haine à l’encontre de cet homme qui l’a séduite pour l’abandonner aussitôt.  Une haine rancunière et tenace qu’elle préservera tout du long qu’il tentera à nouveaux de la séduire, ayant oublié qui elle était. Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’en plus de la connaître, elle lui cache un lourd secret. Quant à Édouard, sa grand-mère a beau dire qu’il a changé, c’est avec un plaisir non dissimilé  que nous le voyons s’en prendre pleins la figure par Alexandra ! Elle ne se laisse pas faire et elle a bien raison. Il en faudra beaucoup de sa part à lui pour qu’elle lui pardonne un jour. Mais au fur et à mesure de l’histoire, il prouvera que cette fois ci, il mérite ce qu’Alexandra ne veut plus lui donner : son amour.

Pour tout vous dire, j’adore et j’adhère totalement à ce genre d’histoire un peu compliquée et alambiquée où il se passe une montagne de chose passionnante ! Si en plus c’est bien écrit et bien mené alors là je suis aux anges. Et ce fut le cas.

Je n’ai pas pu lâcher ce livre…enfin si j’ai du, pour dormir mais difficile de ne pas le lire d’une traite. C’est vraiment le genre d’histoire que j’aime : cachotterie, goujaterie, malentendu, grand sentiments ponctués de quelques scènes sensuelles et quelques rebondissements viennent habilement agrémenter ce roman ! On sent que son auteure a pris son temps pour bien poser la trame de son récit. Les personnages sont très bien travaillés et parfois quand on vient à se poser des questions, Fabiola Chenet arrive même à les anticiper, nous apportant alors les réponses tant attendues sur un plateau d’argent. C’est un quasi sans faute pour moi. J’ai été agréablement surprise par le ton du livre, son style et son histoire.

Un vrai plaisir  que je vous recommande chaudement, vous ne le regretterez pas !

03

Blog We love lit' : http://sariahlit.blogspot.fr/

 

Édouard Beriley est un vil séducteur sans scrupule qui aime conquérir des femmes et les abandonner une fois la chose faite. Jeune fille, pauvre et naïve, Alexandra croira à ses mots d'amours pour s'apercevoir trop tard qu'il l'a dupée pour parvenir à ses fins. Beaucoup plus tard, ils se revoient. Alors qu'Alexandra craint de retomber dans ses filets, Edouard, lui, n'a gardé aucun souvenir de leur rencontre. Aussi, lorsque celui-ci se décide à la séduire, il doit faire face à un rejet et du mépris venant de la jeune fille. C'est le genre de romance historique que j'ai en général du mal à lâcher avant de l'avoir terminé. Je me suis d'ailleurs laissée happer par cette romance fort sympathique qui, tout en conservant des personnages types, ne nous plonge pas dans une histoire banale. On sent une évolution dans les héros, que se soit Alexandra qui apprendra peu à peu à faire confiance, ou que ce soit Édouard qui décidera enfin à laisser derrière lui sa vie de débauche et prendre ses responsabilités. L'écriture de l'auteure nous embarque dans une intrigue intéressante avec de grands sentiments ponctués de scènes sensuelles, de malentendus, de rebondissements qui nous tiennent en haleine jusqu'à la fin.

04

Blog Le monde de Francesca : http://oiseausecret.canalblog.com/

 

Il s’agit d’une romance historique écrite par une auteur française et par une amie. Généralement, j’évite de lire et chroniquer les livres écrits par les copines (quoique je n’ai pas beaucoup d’amies auteurs non plus lol), mais je savais que Fabiola ne l’aurait pas mal pris si je n’avais pas aimé. Cela ne change pas mon avis sur le roman, mais je préfère quand même le dire par souci d’honnêteté.

J’aime beaucoup les histoires de retrouvailles, et surtout lorsque le héros doit souffrir et ramper avant d’avoir son happy end. lol Et dans ce roman, j’ai été comblée. ^^

J’ai apprécié voir une vraie évolution du héros, Edouard, qui est un personnage détestable dès le début, et qu’on voit changer au fur et à mesure de sa prise de conscience de son comportement et de ses sentiments. J’ai beaucoup aimé le voir devoir se racheter auprès de sa belle alors que celle-ci est très forte pour le repousser.

Alexandra est un personnage que j’ai bien aimé, naïve et innocente au début bien évidemment, mais qui apprend de ses erreurs, s’endurcit et fait payer Edouard. Elle se montre frondeuse et indépendante mais je trouve qu’elle se laisse quand même facilement influencée par une vieille duchesse qui m’a agacée, je n’aime pas trop les entremetteuses.

Il y a quelques facilités prises pour faire avancer l’intrigue, mais c’est au final une romance historique bien sympathique à lire et qui m’a satisfaite sur certains points clés.

05

Blog Les mondes imaginaires de Pauline : http://paulinelibersart.blogspot.fr/

 

J'ai beaucoup aimé cette histoire. Bien écrite dans un style fluide et agréable, on arrive très vite, trop vite à la fin.

Pour les points positifs, je note la qualité des description historiques, le personnage masculin qui est haïssable à souhait et si conforme aux hommes de son époque. Et la façon l'héroïne lui en fait baver est un pur régal.

Quelques petits points ne m'ont tout de même pas paru très logique. Alexandra est une roturière pauvre, or elle parle beaucoup trop bien et est beaucoup trop instruite pour son niveau social d'origine. Autre bémol, la Douairière l'accueille un peu trop à bras ouverts.

Mais l'ensemble reste excellent.

06

Blog Paradise Book: http://www.paradise-book.fr/

 

Cela fait tellement longtemps que je n’ai pas lu de romance historique que je me suis dit que m’y remettre un peu serait une bonne initiative. Ce partenariat m’en a donné l’occasion.

L’auteure est encore une inconnue pour moi car évidement, je ne connais pas tous les auteurs faute de temps et de moyen mais je peux vous dire que sa plume nous entraine facilement à la suite des personnages qu’elle crée. La seule chose que je regrette dans son texte, c’est qu’une relecture aurait été nécessaire vu les quelques erreurs de mots que j’ai pu relever.

Nous plongeons dans l’Angleterre de l’époque victorienne avec ce que cela comporte de règles de bienséances, de nobles et des conséquences de certains actes. On ressent parfaitement tout cela au travers du récit. J’ai beaucoup apprécié cet univers même si je n’aurai jamais voulu y vivre.

L’histoire nous parle des frasques d’Edouard et de la misère dans laquelle les conséquences de sa nuit avec Alexandra la plonge mais aussi de comment elle va s’en sortir en rencontrant une personne qui la remettre sur le chemin d’Edouard.

Autant Alexandra m’a plu tout de suite, autant j’avais envie de frapper Edouard. Il l’aurait mérité d’ailleurs. On assiste aux tentatives d’Edouard pour conquérir Alexandra et je suis satisfaite du fait que cela n’a pas été du tout cuit et qu’il a dû souffrir avant.

On rencontre un autre personnage intéressant mais à qui j’avais également envie de donner des baffes, le meilleur ami d’Edouard, Georges. Le prochain tome lui sera consacré et je pense le lire.

J’ai apprécié cette romance car les personnages sont très intéressants, que leur histoire n’est pas simple mais qu’elle se termine quand même bien car je suis une fille très fleur bleue et que les histoires qui finissent bien me donne le sourire surtout quand on a pas trop le moral. Je suis, de plus, réconciliée avec la romance historique que je fuyais depuis une dizaine d’années.
 

07

Blog Ihopes: http://ihopes.skyrock.com/

 

Je remercie tout d'abord mon partenaire les Editions Laska qui m'envoie toujours de très belles romances, comme celle ci qui a elle aussi été à deux doigts d'être un coup de cœur.

 

   Alexandra est une jeune fille du peuple qui vit seule avec sa mère malade. Un jour le duc de Grandsvale et son ami Filsbury lui demande l'hospitalité, la jeune fille naïve accepte donc.. Elle ne se doutait pas avoir affaire à des libertins notoires et se laissera séduire par le beau duc, qui l'abandonnera le matin même. Sa haine contre lui grandira jusqu'à leur prochaine rencontre.

 

   J'ai bien aimé ce roman, bien que l'histoire n'est pas si originale que ça, elle possède des personnages vraiment attachant.

   Alexandra est au début du livre une jeune fille naïve qui pense que tous le monde est gentils. Mais elle deviendra amer après sa rencontre avec le duc. On l'a comprend très bien, à chaque fois qu'elle repousse Edouard on repense à ce qu'il lui a fait et on se dit qu'elle a raison.

   Le duc de Grandsvale est un personnage qui va beaucoup évolué au court du récit. Au début je ne l'aimais pas vraiment, il prenait les femmes pour des jouer jusqu'à ce qu'il rencontre à nouveau Alexandra. Il va vraiment changer du tout au tout, limite il ne voit plus la vie de la même manière.

   Filsbury, je l'ai vraiment adoré ! Il a un caractère léger et attachant. Bien qu'il soit lui aussi un libertin, il a plus de sentiment et d'empathie.

   Enfin il y a Vivian, c'est un personnage que j'ai trouvé horripilante. Le pire c'est que dans un sens je la comprend très bien ! Une jeune fille arrive et lui "vole" l'homme qu'elle aime, c'est normal qu'elles ne soient pas devenues les meilleures amies du monde.

 

   L'histoire est bien menée et vraiment addictive, on se demande vraiment si Alexandra va craquer. L'écriture est fluide et agréable et le texte et pile à la bonne longueur, on n'a pas le temps de s'ennuyer et on ne ressort pas frustré de cette lecture.

 

   Les quelques points négatifs sont que je trouve que Alexandra accorde beaucoup trop de chose à la duchesse. Certes cette dernière l'a beaucoup aidé mais il ne faut pas abuser non plus.

   J'ai aussi trouvé la fin de Vivian un peu naïve et cliché.

 

   En conclusion, une très bonne lecture, douce et romantique qui me donne envie d'être au printemps.

08

Site Internet Onirik : http://www.onirik.net/

 

Avis de Valérie

Il est toujours délicat de lire une romance Régence (se passant en général au Royaume Unis, au début du XIXe siècle) lorsque l’auteur est français car ce qui fait le charme de l’époque c’est les convenances, les codes sociaux tout en subtilité que l’on peut distiller uniquement si l’on a été baigné dedans tout petit.

Ou bien, comme Fabiola Chenet grande lectrice de romance, lorsque l’on a digéré tous les détails et que l’on sait les ressortir avec intelligence et à propos.

Voici donc une très bonne romance historique qui bénéficie d’une excellente écriture et dont les ressorts habituels sont gérés comme il faut. Seul bémol, le prologue décrit des personnages trop manichéens mais heureusement, la suite leur donne beaucoup de profondeur et de cohérence.

Edouard n’a rien du libertin que l’on rencontre habituellement. C’est véritablement un salaud qui séduira une pauvresse pratiquement orpheline pour l’abandonner le lendemain après lui avoir promis l’amour éternel. Comble de la goujaterie, il l’oubliera tout aussi vite. Fabiola Chenet ne chipote pas et va jusqu’au bout de son idée.

Il est rare de trouver un tel égoïste et une vierge aussi naïve. Bien qu’un tel comportement est surement plus proche de la vérité que ceux que nous lisons dans nos fictions. La jeune fille va tomber enceinte après avoir perdu sa seule famille. Par la suite, dans son malheur, elle va trouver des personnes qui malgré sa déchéance vont l’aider et la recueillir.

Un puriste pourra tiquer sur ce détail, mais à partir de là, la fluidité et l’intérêt de la narration nous captive. Alexandra va être engagée comme demoiselle de compagnie d’une vieille duchesse qui se prendra d’affection pour elle et son nourrisson.

Une circonstance incroyable va remettre en contact Alexandra et Edouard. Mais depuis son accouchement, la jeune femme a déchanté et elle va lui mener une vie impossible. C’est très bien fait et souvent drôle. Le fier duc qui ne s’est jamais inquiété que de son bon plaisir va tomber de Charybde en Scylla. Et encore plus bas.

Pour un premier roman, c’est une belle réussite, le style de la romancière est minutieux, fluide et agréable, une belle découverte que nous recommandons et souhaitons suivre !

LE BAL DE LA DERNIERE CHANCE

01

Blog Le monde de Francesca

 

Après avoir lu Passion et conséquences, j’étais contente de voir que la nouvelle spin off de Fabiola Chenet était déjà disponible hors du site Laska. Je l’ai donc acheté de suite et dévoré dans la foulée. J’étais contente d’avoir l’histoire de Georges et Lydia même si on en avait déjà un bel aperçu dans le premier roman et qu’on sait comment ça se finit (en même temps qui dit romance, qui dit happy end, c’est la définition même ^^).

Lydia est une jeune femme indépendante et têtue, un mélange explosif dans le cadre de la Régence, même si je me suis étonnée à plusieurs reprises qu’elle ait autant de liberté et ce même pas en cachette, puisque ses parents la laissent faire ce qu’elle veut. A part ça, elle a de la répartie mais reste néanmoins une jeune femme romantique et amoureuse et compte bien faire payer la trahison de Georges.

A l’instar de son ami Edouard, héros de la première histoire, Georges a lui aussi subi une belle évolution de son personnage en se préoccupant enfin de sa future fiancée. Ses intentions sont bien expliquées, mais je ne comprends pas qu’un homme voulant agir politiquement pour les droits des femmes veuille de prime abord une épouse qui l’attend chez lui avec ses enfants pendant qu’il va voir ses maitresses ! C’est peut-être la psychologie des hommes de différencier les deux lol

C’est une histoire de reconquête très tendre et mignonne, j’aurai aimé qu’elle dure plus longtemps afin que Georges rampe encore plus ^^ (je pense que vous avez compris mes goûts lol).

02

Blog Les mondes de Pauline

 

Cette histoire est parallèle à la précédente. Rien à dire sur la qualité de l'écriture.

Par contre, c'est une nouvelle extrêmement courte (6000 mots seulement). Il faut avouer que j'aurais aimé en avoir plus !

COMMENT ACCEPTER L'INEVITABLE?

01

Blog Le monde de Francesca

 

Cette nouvelle d’une trentaine de pages est à mi-chemin entre le Young Adult et le New Adult et il s’agit d’une romance contemporaine qui a fait vibrer mon petit cœur. Mais ce n’est pas une vraie surprise puisque j’ai un peu les mêmes goûts que l’auteur ^^

Krista est une adolescente qui n’a pas froid aux yeux et qui fonce sans se poser de questions pour obtenir ce qu’elle veut. C’est une attitude surprenante pour une fille mais elle se comporte un peu comme un mec alors que Jake est plus réservé et sombre.

L’histoire, bien que courte, m’a tour à tour fait sourire et avoir le cœur serré, d’autant plus qu’on a une alternance de point de vue entre Krista et Jake et qu’on sait comment ils réagissent à l’autre. J’adore quand le héros fait une erreur, s’en rend compte, et passe le reste de son temps à ramper pour se faire pardonner par l’héroïne, il y a peu d’auteurs qui mettent leurs héros à genoux pendant une durée satisfaisante, et c’est donc toujours un plaisir quand Fabiola Chenet le fait dans ses romans. ^^ Il n’y avait pas besoin de s’étaler trop en longueur dans cette histoire, donc le format de la nouvelle est parfait.

L’histoire est mignonne et touchante, un petit bonbon douceur à déguster. :) Par contre, le garçon sur la couverture ne correspond pas du tout au héros que j'imaginais durant ma lecture lol

02

Blog Lune et plume : http://lune-et-plume.fr/

 

Que dire sur cette nouvelle ? Elle est sublime mais TROP COURTE. J'en veux plus ! Kristal est déterminé pour conquérir Jake. Mais ce dernier n'est pas prêt à s'engager. Il fait tout pour la faire changer d'avis allant même jusqu'à l'humilier. Mais voilà, en digne héros de romance, il se rend compte trop tard de ce qu'il a perdu. Mais il mettra tout en œuvre pour reconquérir sa belle.

C'est une nouvelle que je classerai dans la catégorie young/adult. J'y ai retrouvé des petits éléments qui m'ont fait penser à la trilogie des frères Fuentes de Simone Elkeles. Avec plus de contenu et un Jake bad boy, on aurait eu un roman young adult parfait comme je les aime.

Je vous conseille la lecture de cette nouvelle qui est disponible sur Amazon pour un euro symbolique.

SUR MES TROIS TITRES

01

Blog Valets des livres: http://valetsdeslivres.canalblog.com/

 

Pour un auteur, participer à un salon du livre, c’est moins l’occasion de vendre des livres que de faire des rencontres : rencontre des lecteurs mais aussi rencontre d’autres auteurs. C’est ainsi que, au premier salon du livre organisé à Verneuil-en-Halatte, dans l’Oise, en avril dernier, j’ai fait la connaissance d’une auteure native de la Réunion : Fabiola Chenet. Elle m’a intriguée tout de suite car elle n’avait pas de livres sur sa table d’exposition, mais des cartes représentant la couverture de ses ouvrages, ainsi que des liseuses, pour celles et ceux qui souhaiteraient ‘‘feuilleter’’ ses romans, se faire une idée de sa plume en lisant quelques passages.

En effet, les romans de Fabiola Chenet ne sont disponibles qu’en e-book. Par ailleurs elle n’écrit que des romans d’amour, autrement dit des romans où tout est bien qui finit bien, les personnages principaux ayant surmonté tous les obstacles qui auraient pu empêcher leur relation de s’épanouir. Dans les autres romans, l’histoire d’amour n’est pas forcément l’intrigue principale et surtout cette histoire est souvent contrariée, les héros ne sont pas libres de s’aimer ou bien l’histoire se termine de manière tragique, comme dans African Lady, de Barbara Wood, un roman que je ne me lasse jamais de relire, et qui fend le cœur du lecteur parce que la société, l’entourage, les circonstances, la vie tout simplement ne laisse aucune chance à l’amour ! Et pourtant les héros se battent pour avoir cette chance, mais c’est un combat perdu d’avance !

 

Fabiola Chenet a déjà trois titres à son actif : Passion et conséquences et Le Bal de la dernière chance, qui sont respectivement les tomes 1 et 2 d’une trilogie intitulée « Le prix du pardon » ; ainsi que Comment accepter l’inévitable ? Certains de ces ouvrages étant relativement courts, j’ai eu l’envie de découvrir cette auteure et de me replonger par la même occasion dans une littérature dont je m’étais abondamment nourrie du temps de mon adolescence. A l’époque, j’avais toujours un roman de la collection « Harlequin » ou « Passion » dans mon sac ou sur ma table de chevet, même si les héros étaient toujours des Occidentaux : les jeunes gens avaient des yeux bleus, les jeunes filles une chevelure blonde ou châtain … Mais ce qui m’importait, c’étaient les sentiments, les barrières sociales qui tombaient au nom de l’amour, l’improbable qui se produisait là où on ne l’attendait pas, là où on ne l’espérait pas…

Et puis j’ai découvert un peu plus tard que les auteurs africains aussi écrivaient et qu’ils proposaient même des romans qui me ravissaient autant. Sans être à proprement parler des romans sentimentaux,  mais simplement des romans où le sentiment amoureux est fortement présent, j’ai aimé lire ces œuvres dont les personnages me ressemblaient, je veux dire qui évoluaient dans un univers qui renvoyait directement à mes propres origines. C’est le cas par exemple pour Le Silence de la forêt, d’Etienne Goyemide, où un Bantou imbu de sa qualité de Bantou se croyant supérieur aux « pygmées » se retrouve au cœur de la forêt,  et tombe amoureux d’une pygmée. Ou bien Les frasques d’Ebinto, qui dans mon esprit était le jumeau africain du roman d’Alain Fournier, Le Grand Meaulnes. Que dire de Cœur en exil, de Jeannette Balou Tchitchelle, roman dans lequel un homme aime une femme, puis tombe amoureux de sa jumelle, poursuivant avec la seconde l’histoire inachevée avec la première. Il y a quelques années j’ai découvert la plume de Chimamanda Ngozi Adichie, auteure nigériane, qui a d’emblée séduit la lectrice que je suis, non seulement à cause de la qualité de son écriture, mais aussi par sa faculté à peindre le sentiment amoureux entre des héros africains. Ce n’est pas pour autant qu’elle se limite à ces personnages : l’univers de Chimamanda Ngozi Adichie est large et ne se circonscrit pas à un seul territoire géographique ou à une catégorie de personnages, cependant j’ai été émue par la relation qui unit la narratrice de L’Hibiscus pourpre, Kambili, avec le jeune homme qui se destine à la prêtrise : père Amadi. J’ai lu avec délectation l’histoire de Master et d’Olanna, dans L’autre moitié du soleil, le deuxième roman de la romancière nigériane. 

 

C’est le seul regret que j’ai à émettre sur les romans de Fabiola Chenet : elle écrit des romans passionnants, capables de vous tenir éveillé, mais ceux-ci se déroulent toujours dans le monde aristocratique anglais. J’aurais voulu qu’elle offre aussi autre chose, qu’elle imagine d’autres personnages que ceux ayant les yeux bleus ou les cheveux blonds !

Je sais pertinemment qu’un auteur n’est pas conditionné par la couleur de sa peau. Je pense qu’en publiant un titre comme « Je suis un écrivain japonais », Dany Lafferière, auteur haïtien, ne fait pas autre chose que d’essayer de casser les déterminismes. L’écrivain est libre de choisir ses personnages et de les faire évoluer dans le milieu qu’il affectionne, mais je ne peux m’empêcher, en lisant Fabiola Chenet, d’exprimer ce regret de ne pas lire de sa main une histoire d’amour nichée au cœur de l’Afrique. 

En voilà une longue digression ! Il s’agissait au départ de vous parler de Passion et conséquences et du Bal de la dernière chance, dans lequel on retrouve certains des personnages du roman précédent. Dans Passion et conséquences un séducteur invétéré, Edouard, un riche héritier de la noblesse anglaise, n’hésite pas à user de ses charmes auprès d’une jeune orpheline, Alexandra, qui vit dans le plus grand dénuement, seule avec sa mère, et qui lui offre pourtant l’hospitalité, une nuit que la tempête l’empêche de poursuivre son chemin. La mère ne peut plus quitter son lit de malade et Alexandra est pour ainsi dire une proie facile pour le séducteur. Naïve, crédule, inexpérimentée, elle boit les promesses d’amour de cet inconnu qui la subjugue, et se livre. Mais à son réveil, le bel inconnu a disparu. Malheureusement pour elle, elle s’aperçoit plus tard qu’elle est enceinte, et elle est sans aucun revenu. C’est grâce à un établissement de bonnes sœurs qu’elle s’en sortira, elle trouvera même du travail auprès d’une vieille dame riche et respectable qui la prend en charge, elle et son fils. C’est chez cette dame que sa route croise de nouveau celle d’Edouard, qui ne se souvient aucunement d’elle ! 

Le second roman, Le bal de la dernière chance, raconte l’histoire du meilleur ami d’Edouard, Georges, dont la noblesse de cœur me fait penser à celle d’un autre Georges, le héros du roman éponyme d’Alexandre Dumas. Contre toute attente, Georges tombe amoureux de celle qui au départ ne représentait qu’une compagne qui lui permettrait de faire son chemin dans la haute société et lui donnerait un héritier, mais Lydia n’est pas une jeune femme quelconque, elle sait ce qu’elle veut et est capable de mettre fin à une relation si celle-ci ne répond pas à ses espérances. Son fiancé, qui croyait l’avoir conquise, découvre qu’il n’en est rien et qu’il doit la reconquérir de nouveau.

Lectures agréables, la deuxième ayant l’avantage de se lire en peu de temps, mais on trouve sans aucun doute plus de satisfaction avec la première car elle fait durer le plaisir de la lecture. J’ai moins aimé Comment éviter l’inévitable ?  

 

La sortie du dernier tome du Prix du pardon, intitulé « Une nouvelle vie », est prévue pour juin 2015. On peut imaginer que ce dernier volet de la trilogie racontera le nouveau départ pris par la rivale d’Alexandra, Vivian, qui ne recula devant rien pour briser les liens que, malgré elle, elle voyait s’affirmer entre Edouard et Alexandra. Et pourtant, à deux reprises, cette dernière, au lieu de se venger lorsqu’elle en a la possibilité, lui accorde la chance de poursuivre sa vie en toute sérénité… 

Le pardon a plus de pouvoir que la haine et le ressentiment, semble nous dire Fabiola Chenet. Nous verrons si les pronostics avancés se confirment.

 

 

SUIVEZ-MOI : 

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Google+ Classic
  • Twitter Classic

© 2014 par Fabiola Chenet. Crée avec Wix.com